La poussière est piégée

Avec la moquette, les particules de poussière libérées dans la zone de respiration sont moins nombreuses  qu’avec d’autres revêtements de sols. Avec un bon aspirateur, la poussière en est extraite sans difficulté.

Dans les intérieurs équipés de surfaces dures, le risque de trouver de fines particules de poussière dans l’air augmente, alors qu’il diminue dans les intérieurs équipés de moquette.
C’est la conclusion de l’enquête menée par le Deutsche Allergie- und Asthmabund e.V. (DAAB) et le Gesellschaft für Umwelt- und Innenraumanalytik.

Quantité de poussière fine dans l’air intérieur

(Source: Deutscher Allergie- und Asthmabund e.V. (DAAB) and Gesellschaft für Umwelt- und Innenraumanalytik (GUI Mönchengladbach) - Dr. Dipl.-Ing. Andreas Winkens.)

La concentration moyenne de particules fines à l’intérieur était deux fois plus élevée dans les logements équipés de surfaces dures que dans ceux qui avaient de la moquette, et dépassait même la valeur limite de 50μg/ <code>³</code> imposée en Allemagne pour l’air extérieur. Pour les personnes sensibles, au système respiratoire fragile, le choix d’un revêtement de sol qui retient la poussière et qui ne la libère pas dans l’air devient une véritable action préventive.

La moquette libère moins de particules dans la zone de respiration

Ce test montre la quantité de poussière libérée dans l’air lorsqu’on marche sur une moquette durant 16 minutes, par comparaison avec un sol dur avec une charge de poussière identique.

Non seulement il y a davantage de poussière libérée lorsqu’on se déplace sur un sol dur, mais cette quantité ne cesse de s’élever lorsqu’on s’arrête de marcher.

(Source: Cleaning and foot Traffic Emissions Analysis, Prof.Testing Laboratory, Dalton GA, Asbury G., 2002)